En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies [ou traceurs] destinés à mesurer son audience.
Midi-Pyrénées Sud

Le congé de maternité

Mis à jour le 16/05/2018

Vous attendez un enfant ? Que vous soyez salariée ou agricultrice, vous avez droit à un congé d'une durée de 16 semaines minimum. Des indemnités journalières ou une allocation de remplacement vous aident à conserver un niveau de revenu pendant cette période.

En cas d'exposition au distilbène

Etes-vous concernée ?

Votre mère a pris du Distilbène® pendant sa grossesse et vous êtes vous-même enceinte ? Vous bénéficiez depuis 2006 d'un suivi médical et d'une prise en charge spécifiques.

Le diéthylstilbestrol (DES), connu sous les noms Distilbène® et Stilboestrol-Borne®, a été prescrit aux femmes jusqu'en 1977 pour éviter les fausses couches. Ce produit peut provoquer des complications chez les femmes enceintes ayant été exposées in utero (pendant la grossesse de leur mère).


Un congé maternité exceptionnel

Si vous êtes concernée, votre grossesse est considérée comme une grossesse à risque. A ce titre, un congé maternité exceptionnel peut vous être accordé sur prescription médicale d'un arrêt de travail et avec l'accord du service médical de votre MSA.

Ce congé débute à compter du 1er jour de l'arrêt de travail prescrit et se termine au plus tard la veille du début du congé prénatal.
  • Si vous êtes salariée, vous pouvez bénéficier, pendant cet arrêt, d'indemnités journalières de maternité.
  • Si vous êtes non salariée agricole, vous pouvez prétendre pendant cet arrêt à l'attribution d'une allocation de remplacement de maternité.

A noter
Dans le cas d'une grossesse pathologique liée au Distilbène®, vous ne pouvez pas demander le report d'une partie de votre congé prénatal après votre accouchement.

Parlez-en avec votre médecin généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme.